un velo devant un immeuble a paris

Depuis des années, tous les particuliers qui souhaitent acheter un bien immobilier ou vendre s’orientent vers les agences. Cette habitude était normale auparavant car il s’agissait du seul choix possible. Mais, depuis peu, le métier de chasseur immobilier a émergé en France. Ce concept venu des Etats-Unis présente des qualités très intéressantes pour un acheteur. De quoi rendre le classique agent immobilier obsolète ?

Un chasseur immobilier travaille pour l’acheteur

Le chasseur immo, que l’on présente sous le nom de de chasseur d’appart, notamment à Paris, ne travaille pas pour le vendeur contrairement à l’agence. Sa commission, il ne la touche pas sur le prix de vente, mais le prix d’achat. Ce détail n’en est pas un. En effet, dans la première situation, il est logique que l’agent multiplie les acquéreurs potentiels sans forcément regarder les dossiers pour trouver un repreneur au bien. S’il laisse des acheteurs sur le carreau, ce n’est pas grave car c’est le vendeur qui le rémunère.
Un chasseur d’appartement est focalisé sur l’acheteur. Il préfère avoir seulement quelques dossiers et œuvrer vraiment dessus. Un achat réussi lui assure plusieurs milliers d’euros de commissions. Sa réputation d’excellent dénicheur de biens lui permet d’augmenter son nombre de contacts.

Un chasseur se spécifie géographiquement

Une agence immobilière classique travaille sur un secteur vaste. D’ailleurs, il suffit d’aller dans les annonces de son site internet pour voir que sa zone de chalandise est parfois supérieure à la centaine de kilomètres. Il ne s’agit pour elle que de trier les demandes et d’essayer de faire coller les attentes de chacun, parfois de façon automatique tel un logiciel.
Pour le chasseur d’appartement, il préfère se spécifier sur un petit secteur. Cette spécification participe à sa renommée. De plus, dans des lieux comme la capitale, il est très difficile de conclure des achats si l’on n’est pas les premiers sur le dossier. Son réseau important beaucoup, il tisse des liens avec les acteurs locaux comme les syndics. L’objectif est de pouvoir trouver des biens avant même qu’ils ne soient mis sur le marché. Ainsi, ses clients le découvrent en avant-première et s’ils sont conquis, ils ne font face à aucune concurrence.

Le roi de la négociation

La négociation est une étape clé dans un investissement immobilier. Beaucoup de personnes la zappent purement et simplement car ils ont peur de ne pas savoir comment la réaliser. Pourtant, une négociation bien menée peut faire gagner plusieurs milliers d’euros.
Toutefois, pour y parvenir, il faut d’abord analyser s’il y a une marge manœuvre. Un chasseur tient compte du marché, de la nature du bien et du prix initial pour vous aiguiller. Généralement, il touche sa commission selon des paliers (ex : 10 000€ jusqu’à 150 000€, 17 500€ jusqu’à 250 000€…). Du coup, une petite négociation ne lui fait perdre aucun euro, encore mieux, elle assure souvent l’achat et donc son gain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *