immobilier à nantes

Avec le regain du secteur immobilier depuis quelques années, boosté notamment par les différents dispositifs d’aide à l’achat, mais aussi et surtout par des taux d’emprunt immobilier historiquement bas, la presse spécialisée se fait régulièrement l’écho de l’évolution des prix dans les plus grandes villes de France. Et de fait, avec des opportunités d’achat plus grandes, les biens se sont rapidement faits rares dans les cités les plus attractives avec à la clé une flambée des prix pour les maisons et appartements restant sur le marché. Si Bordeaux a longtemps fait office de figure de proue pour incarner ce phénomène, Nantes n’est pas en reste, tant s’en faut. Mais comment expliquer cet engouement pour Nantes, et quelle est exactement l’ampleur du phénomène ?

Comment explique la hausse des prix à Nantes ?

Si l’attractivité et l’envolée des prix à Bordeaux sont assez anciennes puisqu’elle date de 2011, le phénomène nantais est bien plus récent et remonte à 2016, une période qui coïncide finalement avec l’atteinte de taux d’emprunt qualifié à l’époque d’historiquement bas. Ainsi, le contexte économique et les opportunités pourraient bien ne pas être étrangers à ce phénomène. Mais cette évolution des taux était finalement généralisée, alors pourquoi Nantes, à l’instar de Bordeaux, en bénéficie-t-elle particulièrement depuis lors.

Pour comprendre cela, il faut assurément sortir du contexte purement immobilier pour se concentrer sur la ville elle-même ainsi que son agglomération. Et de fait, la Cité des Ducs bénéficie d’une image de ville réellement dynamique sur plusieurs tableaux. Elle séduit en premier lieu par le cadre de vie qu’elle offre, bordée par la Loire, à quelques encablures de côtes atlantiques, dotée de nombreux complexes et activités culturelles, de nombreux espaces verts et faisant la part belle à la mobilité douce. Nantes bénéficie également de son dynamisme économique qui en fait un bassin d’emploi majeur. Les activités y sont variées, entre tertiaire et industrie. Forcé est de constater que le taux de chômage, à 6,6% y est plus bas que la moyenne française. Sur ce point, Nantes fait nettement mieux que Bordeaux avec 8,2%. Des atouts majeurs qui, pour certains, font aujourd’hui de Nantes la ville la plus attractive de l’Ouest.

De fait, avec une des demandes les plus importantes du territoire, les logements se font rares… et plus chers. Ainsi, si les prix s’envolent à Nantes, c’est tout simplement parce que la ville est victime de son succès.

Où se situent les prix de l’immobilier à Nantes ?

Autant que les potentiels acheteurs, tous les acteurs du secteur suivent avec attention l’évolution des prix. Agent immobilier, banquier, courtier en crédit immobilier à Nantes, … Tous ont un intérêt pour leurs affaires, à comprendre au mieux le marché, sa santé, et l’évolution des prix. Et il suffit de se pencher sur les courbes fournies par les principaux sites immobiliers pour observer l’ampleur du phénomène.

Accrochez-vous : en 10 ans les prix de l’immobilier à Nantes auraient augmenté de… 50%. Mieux encore, en 5 ans seulement, cette hausse est de 35,7%, et de 8,7% sur la dernière année. Le phénomène a donc clairement prix de l’ampleur au cours des 10 dernières années et la tendance s’accentue sur les derniers mois.

Ainsi, pour l’achat d’un appartement, comptez au 1er février 2020, et selon le site meilleursagents.com, en moyenne 3 353€ du mètre carré. Pour une maison, comptez 3 770€ du mètre carré. Bien entendu, il faut prendre en compte les disparités selon les quartiers. Les plus chers seraient ainsi, sans surprise, le centre-ville, puis les Hauts Pavés, Saint Félix, Saint-Donatien, Malakoff. Et certains quartiers comme l’Ile de Nantes et les Quartiers Sud enregistrent une très légère baisse sur le prix des appartements au cours de la dernière année, la hausse est généralisée sur le marché des maisons anciennes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *